Communiqué FR

Défendons les Droits de l´Homme

Campagne pour la liberté d´expression et contre la criminalisation de la solidarité avec la Palestine #DefensemDDHH

Soutiens les Droits de l´Homme, soutiens la liberté d´expression

Nous, défenseurs des Droits de l´Homme et de la lutte non-violente du peuple palestinien pour ses droits établis par l´ONU, avons été accusés de délits relatifs aux événements ayant eu lieu en août 2015 durant le festival de reggae Rototom Sunsplash de Benicàssim. Nous considérons cela comme une violation flagrante de la liberté d´expression et une tentative de criminaliser et réprimer notre droit démocratique à la défense des Droits de l´Homme, autant sur notre territoire qu´au niveau international.

Nous avons été accusés par Abel Isaac de Bedoya de commettre des actes de menaces, de coercition et d´incitation à la haine en se basant sur notre campagne pacifique visant à convaincre le Festival Rototom Sunsplash d´annuler l´invitation d´un artiste connu pour sa défense de crimes de guerre et de graves violations des Droits de l´Homme, ses incitations à la haine raciale, sa négation de l´existence du peuple palestinien, et pour ses liens établis avec des groupes extrémistes et fondamentalistes violents. L´identité de l´artiste n´a jamais été considérée dans notre campagne. Nous considérons que toute personne, indépendamment de son identité, qui défend et/ou collabore avec ce type de crimes extrémistes, racistes et violents n´a pas sa place dans un festival comme le Rototom Sunsplash, associé à un engagement de longue date pour la paix et les Droits de l´Homme.

Toute notre campagne destinée à convaincre le festival d´annuler l´invitation de cet artiste s´est déroulée à travers des canaux publics comme Twitter, dans l´exercice de notre liberté d´expression et d´une action politique légitime et non-violente. Durant l´été 2014, l´année antérieure, les bombes israéliennes tombaient sur Gaza et assassinèrent plus de 2100 personnes (dont 500 enfants). Au cours de cette période, l´organisation du Forum social du Rototom Sunsplash avait invité BDS País Valencià, groupe auquel appartiennent quelques-unes des personnes accusées aujourd´hui, pour participer à son débat. Nous étions accompagnés ce jour-là du journaliste David Segarra, survivant de l´assaut de la Flotille de la liberté par l´armée israélienne en 2010, dans lequel furent assassinées 10 personnes. Matisyahu a justifié cette attaque qui a failli ôter la vie de ce journaliste valencien.

Le parolier même de l´artiste, Ephraim Rosenstien, est habitant d´une colonie illégale de Cisjordanie. Rosenstien est lié à Honenu, une organisation israélienne qui défend le terrorisme des colons qui attaquent quotidiennement la population palestinienne pour l´expulser de ses terres. Un mois après le festival Rototom de 2015, Matisyahu a serré la main à un leader de colons en Cisjordanie, en affirmant “nous avons gagné la bataille” (du Rototom). Non seulement les colonies israéliennes violent le droit international et ont été condamnées récemment  par le Conseil de Sécurité de l´ONU dans sa résolution 2334 du 23/12/2016, mais elles accueillent des colons qui attaquent violemment et quotidiennement la population palestinienne, comme lors de cet incendie criminel qui causa la mort d´un bébé palestinien de 18 mois et de ses parents, moins de trois semaines avant le début du festival Rototom de 2015. Nous ne pouvons pas oublier non plus comment Matisyahu a mis sa musique au service de l´organisation des Amis de l´armée israélienne (FDIF), qui récolte des fonds pour l´armée de l´état d´Israël, qui a massacré, rappelons-le, plus de 500 filles et garçons de Gaza à l´été 2014.

Nous considérons que ces fausses accusations contre nous font partie d´une stratégie plus vaste, financée et dirigée par Israël et ses groupes de pression pour criminaliser les campagnes pacifiques et les appuis aux Droits de l´Homme du peuple palestinien et en particulier contre le mouvement Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) pour la liberté palestinienne, la justice et l´égalité. Rappelant les heures les plus sombres de la répression dans l´Afrique du Sud de l´apartheid, la stratégie d´Israël pour lutter contre BDS recourt à la guerre juste, à l´espionnage et à une intense propagande.

Lancée en 2005 par plus de 170 organisations de la société civile palestinienne, le mouvement BDS appelle toutes les personnes de conscience, organisations de la société civile, confessions, syndicats et collectifs de base à appliquer une pression non-violente contre le système d´occupation, d´apartheid et de colonisation d´Israël dans le but d´obtenir l´application du droit international et des Droits de l´Homme.

Le mouvement BDS s´inspire de la lutte sud-africaine contre l´apartheid et des boycotts internationaux qui contribuèrent à atteindre leurs objectifs, tout comme du mouvement pour les droits civils de Rosa Parks, Martin Luther King ou Nelson Mandela.

Nous respectons les principes du mouvement BDS, qui rejette toute forme de racisme, y compris l´antisémitisme. Le soutien juif au BDS a considérablement augmenté ces dernières années, particulièrement aux États-Unis, où une enquête réalisée en novembre 2014 par un lobby israélien relevait que 46% des hommes juifs américains non-orthodoxes de moins de 40 ans appuyaient un boycott total d´Israël.

Que l´on soit d´accord ou non avec le mouvement BDS et ses stratégies, il faut admettre que la défense des droits palestiniens en vertu du droit international et au travers d´un mouvement non-violent, inclusif et antiraciste tel que le BDS, est absolument légitime sur la base de la liberté d´expression. Ceci est précisément la position officielle de l´Union européenne (UE).

Federica Mogherini, chef de la diplomatie de l´UE a dit: “L´Union européenne défend la liberté d´expression et la liberté d´association conformément à la Charte des Droits Fondamentaux de l´Union européenne, qui s´applique aux États-membres de l´UE, y compris en ce qui concerne les actions BDS menées sur ce territoire. La liberté d´expression, telle que définie par la jurisprudence de la Cour Européenne des Droits de l´Homme, est aussi applicable à l´information ou aux idées qui peuvent offenser, choquer ou perturber l´État ou un quelconque secteur de la population. »

En plus de l´UE, les gouvernements de Suède, d´Irlande et des Pays-Bas, ainsi que les principales organisations internationales de défense des Droits de l´Homme, dont Amnesty International, la Fédération Internationale des Droits de l´Homme et l´Union américaine des libertés civiques (American Civil Liberties Union), ont défendu le droit à appeler au boycott d´Israël comme une question indissociable de la liberté d´expression.

Des personnalités internationales appuient le BDS, telles que le scientifique Stephen Hawking, le Prix Nobel de la paix Desmond Tutu, le rescapé du camp de concentration nazi de Buchenwald et co-auteur de la Déclaration Universelle des Droits de l´Homme, Stéphane Hessel, ou des rescapés de l´Holocauste tels que Hajo Meyer, Hedy Epstein, Suzanne Weiss, Alfred Grosser et Chava Folman Raban, lesquels ont demandé la fin de l´occupation, de l´apartheid et de la colonisation en Palestine. En août 2014, des centaines de victimes juives de l´Holocauste ont demandé le « boycott complet » d´Israël.

En défenseurs moralement cohérents des Droits de l´Homme, nous dénoncerons et rendrons publics les manipulations et mensonges lancés contre nous par le lobby d´Israël et ses partisans en Espagne, et nous appellerons à la mobilisation des réseaux de soutien mutuel et de solidarité. Toute personne sensible à la protection des Droits de l´Homme et aux droits politiques, en particulier au droit à la liberté d´expression, verra cette chasse aux sorcières contre nous comme une menace au principe de liberté d´expression et une tentative de taire les solidarités avec les causes des Droits de l´Homme, comme celle du peuple palestinien.

Nous vous demandons de nourrir ce réseau de solidarité. Signez et faites passer le message.

Pour signer/adhérer/appuyer, envoyez un mail à defensemddhh@gmail.com en inscrivant votre prénom, votre nom et votre profession en objet (ou le nom de votre organisation). Merci !

TÉLÉCHARGE LE COMMUNIQUÉ! (FR)

Anuncis